Home > Rwanda > LE CONTINENT OUBLIÉ

LE CONTINENT OUBLIÉ

EDITORIAL
PATRICK SABATIER

Le fardeau de la tragédie du Rwanda n’appartient pas aux seuls hommes blancs. Les Rwandais, qui exterminent leurs compatriotes, hutus ou tutsis, à coups de machettes et de fusils automatiques, y ont la première part. Les ex-colonisateurs belges, qui favorisèrent l’éclosion d’une idéologie raciste chez les extrémistes hutus y ont la leur. La France aussi, qui a armé et soutenu un régime rwandais qui protégeait, voire encourageait, les partisans d’une «solution finale» pour la minorité tutsi. Régime que certains à Paris n’ont visiblement pas encore accepté d’abandonner au sort qu’il mérite.

Mais, dans la distribution des blâmes, la palme revient peut-être au Conseil de sécurité de l’ONU, c’est-à-dire aux grandes puissances qui le dominent, les Etats-Unis en premier. Il aura fallu deux mois, des dizaines de milliers de victimes et des centaines de milliers de réfugiés avant que le conseil accepte enfin de faire revenir des Casques bleus. Et encore en leur interdisant de faire usage de la force pour tenter de mettre fin au génocide. Avant que la tuerie ne commence à grande échelle, il s’était déjà refusé d’étendre le mandat de la MINUAR. Et, quand elle avait commencé, il s’en était lavé les mains, en      ” retirant les Casques bleus «dans un silence assourdissant», selon l’expression de Boutros Boutros-Ghali. Dans chacune de ces décisions, les Etats-Unis ont joué un rôle central. Tétanisé par son expérience désastreuse en Somalie, Bill Clinton a décidé d’éviter à tout prix de remettre le pied dans les marigots sanglants du continent noir.

Le Rwanda n’est pas seul à être abandonné à ses démons. De l’Angola à la Somalie en passant par le Soudan ou le Libéria, la liste est longue des pays africains qui sombrent dans les massacres, famines et épidémies qui sont la conséquence directe de guerres civiles ou de conflits ethniques. Dans le monde de l’après-guerre froide, l’Afrique n’intéresse plus grand monde. Ses guerres ne menacent pas la stabilité du monde riche. Et ses nations sont trop lointaines, trop obscures, et trop pauvres, pour mériter que les «grands» y perdent leur temps, leur argent et leur sang…
 

Advertisements
Categories: Rwanda
  1. No comments yet.
  1. No trackbacks yet.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s